ARTNelly NANA

KEYEZUA

ARTNelly NANA
KEYEZUA

Keyezua, née en Angola en 1988, est diplômée de la Royal Academy of Arts de La Haye. L’individu est au cœur de sa pratique et met l’accent sur des histoires individuelles décrites dans divers médias, allant du film à la peinture, en passant par la sculpture, l’accent étant mis sur la photographie. Keyezua croit au rôle de l'art dans l'autonomisation des créatifs africains pour lutter contre les images stigmatisantes du continent. Elle explore la renaissance africaine en tant que conteuse contemporaine en se concentrant sur des questions liées à la condition féminine telles que les mutilations génitales dans sa série «Stone Orgasms» ou le handicap de la culture visuelle dans «Fortia». Keyezua compte des expositions internationales au Nigeria, en Afrique du Sud, aux Pays-Bas, en Espagne, en Italie, en Éthiopie, aux États-Unis, au Royaume-Uni et plus encore. Ses travaux ont paru dans la presse internationale telle que: Le Financial Times, Dazed, Elle Brésil, Elle Decor SA, Vogue Italia, Mail & Guardian, entre autres.

Mon art existe pour montrer la résistance de ceux qui veulent être libres. Keyezua

EXPOSITIONS

2018
“Floating Nightmares”
, MOVART Booth, 1:54 African Contemporary Art Fair, London.

“Floating Nightmares”,  Breda Photo Festival, The Netherlands

“FORTIA,” Refraction Exhibition, Steven Kasher Gallery, New York City, USA.

“FORTIA,” Steven Kasher Booth, AIPAD Show, New York City, USA.

”FORTIA,” Solo Project, MOV’ART Booth, Cape Town Art Fair, South Africa.

”Sisterhood is Forever”, Special Projects: Dialogues, MOV’ART Booth, London Art Fair.

2017
”Royal Generation”,
MOV’ART Booth, SCOPE Art Show, Miami Beach, USA.

“Stone Orgasms”, Rencontres de Bamako, African Biennale of Photography, Bamako.

”FORTIA,” MOV’ART Booth, Joburg Art Fair, Johannesburg, South Africa.

2016
“AFROEUROCENTRIC FACE ON,
” Afro Vibes Festival Exhibition, Amsterdam.
“Royal Generation,” Lagos Photo Festival, Lagos, Nigeria.
“Conexões Femininas,” Banco Econòmico – MOV’ART, Luanda, Angola.
“Stone Orgasms,” Addis Photo Festival, Addis Ababa, Ethiopia.

2015
“Stone Orgasms,”
Something About Bodies, London, Great Britain.
“Stone Orgasms,” Lagos Photo Festival, Lagos, Nigeria.
“Ebola Stories,” Afro Vibes Festival Exhibition, Amsterdam, The Netherlands.

2014
“Facticius,” Exhibition in The Dutch Parliament, The Hague, The Netherlands
“Facticius,” Fearless Renewal Exhibition, Amsterdam, The Netherlands

Voir dans l’exposition “BY WOMEN ONLY”

 

La série Fortia est inspirée par le chagrin, la perte et la survie.

“Fortia signifie force, je voulais… la force que j'ai trouvée dans ce groupe d'hommes et que je voulais faire apparaître dans chaque masque que nous avons créé. Cela ne se traduit pas immédiatement pour ceux qui interagissent avec l'image. Ce n’est pas une image facile à lire car elle donne la première impression de ce qu’elle n’ est pas en réalité et de la connexion à des images que nous associons normalement à certains sujets tels que la beauté, la mode ou la grandeur.

Fortia incite l’observateur à penser ce qu’il penserait normalement, puis attaque les images qu’ils associent normalement à un handicap physique et les confronte également en se demandant pourquoi Fortia n’est que considéré comme une belle image que lors de la première lecture ou simplement comme une image de femme portant un vêtement et un masque. C’est plus tard lorsque le spectateur lit le texte que la lecture devient un examen de chaque détail de l’image.

Tous les masques sont fabriqués à la main et conçus par des artisans. Je les ai conçus avec un groupe de six hommes. Dans chaque ligne, une certaine émotion, un mouvement et une image représentent une partie de moi en tant que fille de cet homme handicapé physique. Le contenu est important car Fortia tente d’apporter une lecture différente aux images en créant des images qui ne crient pas immédiatement le chagrin, la perte et la survie.

Je pense que Fortia ne traduit pas immédiatement ce qu’il devrait et c’est ce que je voulais créer. Même de l'histoire, chaque masque est associé à une histoire personnelle. Quand je suis arrivée en Angola, un vieil homme m'a appris qu'il ne fallait pas acheter des masques sans connaître l'histoire, sans connaître la tribu, sans connaître le rituel où il était utilisé, sans savoir qui l'avait fabriqué et pourquoi. Nous voyons souvent des images de masques africains pendus à la maison ou utilisés par des artistes africains et il y a un manque d'histoire. Si vous vous demandez quelle était le rôle de ce masque, pourquoi il existe, la plupart des gens ne le savent pas! Les gens l’achètent et l’accrochent chez eux dans le cadre d’une décoration intérieure, ce qui n’est pas le cas. Un masque n’existe pas pour exister, il existe pour représenter l’identité du créateur; raconter une histoire et renouer avec nos ancêtres”